Cinq stratégies vous permettant d’épargner pour les études de votre enfant

Partager :
  Une grand-mère aide sa petite-fille à faire ses devoirs à la table de cuisine.

Les coûts des études postsecondaires ne cessant d’augmenter, et l’idée de payer pour des études peuvent sembler intimidants, mais nous pouvons vous aider.

Les études postsecondaires peuvent coûter cher. Vous n’avez toutefois pas à les payer en une seule fois. En établissant un plan à l’avance, vous serez bien préparé pour le jour où votre fils ou votre fille ira au collège ou à l’université. Plus tôt vous commencerez à épargner, plus vous aurez d’argent. Au Canada, nos gouvernements provinciaux et fédéral soutiennent l’éducation et facilitent l’épargne dès la naissance de votre enfant.

Voici cinq stratégies à prendre en compte au moment de la planification :

  1. Envisagez d’établir un plan de paiements automatiques – Vous pouvez établir un plan de paiements automatiques qui permet de retirer systématiquement des fonds d’un compte pour faire des cotisations.  Les cotisations peuvent être aussi basses que 25 $ par mois.
  2. Profitez de la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) – Lorsque vous cotisez à un régime enregistré d’épargne-études (REEE), le gouvernement versera une cotisation de 20 % sur chaque dollar de la première tranche de 2 500 $ que vous épargnez dans le REEE de votre enfant chaque année (taux plus élevés offerts aux personnes à faible revenu) jusqu’à concurrence de 500 $ par année et de 7 200 $ à vie. Il est possible de rattraper le temps perdu dans les années ultérieures en fonction des droits à subvention disponibles. La SCEE est offerte jusqu’à la fin de l’année civile au cours de laquelle l’enfant atteint l’âge de 17 ans. Pendant la durée du REEE, la SCEE peut totaliser un montant important pour aider les parents à financer les études de leur enfant.
  3. Déterminez si votre famille est admissible au Bon d’études canadien (BEC) – Le BEC peut également offrir aux familles à faible revenu, dont les enfants sont nés le 1er janvier 2004 ou après cette date, un montant forfaitaire supplémentaire de 500 $, plus 100 $ par année jusqu’à ce que l’enfant atteigne l’âge de 15 ans, pour un maximum à vie de 2 000 $. Au moyen du BEC, le gouvernement ajoutera de l’argent au REEE d’un enfant admissible chaque année, même si vous n’y ajoutez pas d’argent. Le fait de demander et de recevoir le BEC n’aura aucune incidence sur les autres prestations que vous ou un enfant admissible recevez.
  4. Envisagez d’ouvrir un régime familial – Un REEE peut être ouvert en tant que régime familial ou individuel. Un régime individuel est conçu pour un seul bénéficiaire. En revanche, un régime familial est établi pour plusieurs bénéficiaires. Les cotisations au REEE font l’objet d’un suivi par bénéficiaire. Toutefois, si un bénéficiaire ne fait pas d’études postsecondaires ou n’utilise pas tous les fonds attribués, les fonds restants peuvent être utilisés par les autres bénéficiaires. (La SCEE est limitée à 7 200 $ par enfant et le BEC doit être utilisé par l’enfant qui l’a reçu.)
  5. Explorez les options d’aide financière – La page de ressources du gouvernement du Canada est un bon point de départ pour explorer les options de prêts étudiants, de bourses et de bourses d’études qui pourraient vous être offertes.

En suivant certaines de ces stratégies d’épargne et en contribuant à un REEE lorsque vos enfants sont jeunes, les placements ont plus de temps de croître, ce qui vous permettra d’être mieux placé lorsque viendra le temps de financer leurs études.

Nous pouvons vous aider

Edward Jones peut vous aider à atteindre vos objectifs financiers. Communiquez avec votre représentant en services financiers Edward Jones local pour discuter d’une stratégie financière qui vous convient.